RECHERCHE 

.

---

 

 

 

BERNARD ARNAULT

v. ARNAULT

Bernard Arnault est Polytechnicien

En 1971 Bernard Arnault intègre Ferret-Savinel, l'entreprise paternelle de travaux publics

En 1976 il convainc son père de vendre pour 40 millions de francs le secteur bâtiments industriels et travaux publics de l'entreprise à Quillery. Il convertit la société rebaptisée Férinel, dans la promotion immobilière. Férinel est spécialisée dans les appartements de tourisme avec un slogan "Férinel, propriétaire à la mer...".

Après la victoire de la gauche en mai 1981 il part pour les Etats Unis et fonde Férinel Inc.

En 1984 revenu en France il achète Boussac par décision du gouvernement Fabius  avec le soutien financier, monté par Antoine Berheim de la Banque Lazard, de la Banque Worms, Elf Aquitaine et Total. 

Il s'est engagé à ne pas démanteler l'outil de production et les effectifs. Il va rapidement recentrer l'activité autour de Dior. 

En 1986 il assoit par ailleurs son contrôle sur Boussac en rachetant les actions des Willot grâce à un prêt  de 400 Millions du Crédit Lyonnais. Il cède les activités en déclin. 

En 1987 après la constitution de LVMH-Moët Hennessy-Louis Vuitton, il profite des tensions qui se développent rapidement entre Alain Chevalier, le dirigeant de Moët Hennessy, et Henry Racamier, président de Louis Vuitton. Le groupe qui s'est constitué détient les parfums Dior que Bernard Arnault rêve de regrouper avec Dior Couture.

Il constitue une holding dont il détient 60% et dont Guiness, qui a un accord de distribution avec Moët Hennessy, détient 40%. Profitant de la baisse des cours suite au crash d'octobre 1987 la société va bientôt détenir 43% du capital de LVMH.

Il se débarrassera ensuite d'Alain Chevalier et d'Henri Racamier. 

C'est à la suite de cette prise de contrôle qu'une loi sera passée obligeant à lancer une OPA sur un minimum de 66% des actions lorsque le seuil de 33% est dépassé, obligation qui sera porté à 100% après le raid de Pinault sur Printemps.

En 1994 le Crédit Lyonnais lui prête une dizaine de milliards de francs pour permettre à LVMH de sortir Guinness de Jacques Rober en lui rachetant ses actions.

En 1996 il écarte Hubert de Givenchy.

Le 21 janvier 1999  LVMH rachète le champagne Krug pour 1 milliard de francs.

Début 1999 il entre au capital de Gucci, contré par Pinault dans ce qui deviendra un épisode de la "guerre du luxe" entre les deux capitaines d'industrie français

Fin 1999 il rachète TAG Heuer, par le biais d'une OPA amicale sur la société contrôlée par Manjour Oijeh  après avoir acheté à Investcorp en octobre Ebel. 

Au début de l'année 2000 il rachète Tajan, première charge française, puis quelques mois plus tard Phillips, la troisième maison d'enchères du monde.

Le 16 mars 2000 il introduit en bourse Liberty Surf.


Bibliographie

Airy Routier, L'Ange exterminateur, Albin Michel, Paris, 2003

Bernard Arnault, La Passion créative, entretiens avec Yves Messarovitch, Plon Paris 2000

Nadège Forestier et Nazarine Raval, Bernard Arnault ou le goût du pouvoir, Olivier Orban, 1990

 

 

GUIDE DE LA VIE DES AFFAIRES

 

LES SOCIETES

LES SECTEURS

LES ACTEURS

LES DOSSIERS

TABLE CHRONOLOGIQUE GENERALE

BIBLIOGRAPHIE

 

 

 

 

RECHERCHE

 

____   

 

 

 

Accueil GUIDE  DE LA FRANCE DES AFFAIRES   Accueil BOURSILEX LE GUIDE DE LA BOURSE ET DE L'EPARGNE