VIE DES AFFAIRES

BNCI


Accueil ] Remonter ] LES SOCIETES ] LES DOSSIERS ] LES ACTEURS ] LES SECTEURS ] BOURSE ET MARCHES FINANCIERS ] POLITIQUE ET LEGISLATION ] FRANCE ] INTERNATIONAL ] BIBLIOGRAPHIE ] TABLE CHRONOLOGIQUE GENERALE ]


RECHERCHE

   GUIDE  DE LA VIE  DES AFFAIRES

JUIN 1993 MICHEL PEBEREAU PDG DE LA BNP | 1999 BATAILLE BOURSIERE BNP SOCIETE GENERALE | BNP | PARIBAS | COMPAGNIE BANCAIRE


 
--

 

 

La Banque Nationale pour le Commerce et l'Industrie  est née  le 18 avril 1932, sur les décombres de la Banque Nationale de Crédit

Sur les instances du gouvernement, Albert Buisson, Président du Tribunal de Commerce de la Seine, assume la responsabilité de la mise en place de ce nouvel établissement au capital de 100 millions de francs, et devient le premier président de la Banque Nationale pour le Commerce et l'Industrie.

Celle-ci reprend le personnel, les sièges et la clientèle de la BNC, et installe son siège au 16 boulevard des Italiens à Paris.

Alfred Pose, alors directeur des études de la Société Générale Alsacienne de Banque à Strasbourg, accepte la Direction Générale de la banque. Dès son arrivée, il y déploie une dynamique activité de réorganisation et de modernisation des structures.

Avec la création du centre administratif de Bordeaux en 1934, la BNCI inaugure des méthodes de travail novatrices : les tâches administratives sont désormais effectuées hors des guichets d'exploitation.

Progressivement, la banque se dote de 8 centres administratifs régionaux, équipés d'un matériel permettant de traiter en série les opérations confiées aux guichets et de servir la clientèle beaucoup plus rapidement.

A partir de 1937 s'ouvre une phase d'expansion régionale. La BNCI accroît son réseau par une politique méthodique d'absorption de banques régionales ou locales, souvent en situation difficile : la Banque Adam, la Banque des Alpes, la Banque du Dauphiné, la Caisse Commerciale de Saint Quentin. A la veille de la guerre, elle prend également le contrôle de la Banque Générale de Guyenne à Bergerac, la Banque Roque à Brive, la Banque Dastre à Saint Gaudens. Ainsi, de 3 milliards de francs en 1932, le montant des dépôts de la clientèle atteint 10 milliards en 1940.

Le réseau de la BNCI commence à prendre son essor à l'international durant l'occupation allemande en France : alors que le conflit paralyse le développement en métropole, la BNCI se tourne vers l'outre-mer pour installer de nouvelles implantations. En 1940, la BNCI prend le contrôle d'un établissement local, la Banque de l'Union Nord Africaine, qui devient la Banque Nationale pour le Commerce et l'Industrie Afrique. La BNCI ouvre également des sièges à Brazzaville, Douala, Bangui,... ; elle s'implante au Levant, aux Antilles, à la Réunion, à Madagascar.

En 1945 la BNCI est nationalisée.

La BNCI opte pour  une politique originale de filialisation : en 1947, elle transforme sa succursale de Londres en filiale, sous le nom de British and French Bank. En 1943, elle reprend le Crédit foncier de Madagascar et de la Réunion, devenu BNCI Océan Indien en 1954. Par l'intermédiaire de ces établissements, le réseau colonial de la BNCI couvre l'ensemble des possessions françaises.

Au moment de la décolonisation, afin de ne pas perdre ses positions, la BNCI adapte son réseau en créant des filiales comme :

  • La Banque Internationale pour le Commerce et l'Industrie (BICI), présente au Cameroun, Congo, Côte d'Ivoire et Sénégal

  • La Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI)

La BNCI propose en 1953 un nouveau service spécialisé dans le conseil aux entreprises françaises dans les démarches administratives et la prospection de nouveaux marchés à l'étranger. En 1958, ce service se transforme en filiale, INTERCOMI (Société pour le Développement International du Commerce et de l'Industrie).

Elle développe aussi le marché intérieur et  attire la nouvelle clientèle de particuliers  en innovant  dans la communication à destination de la clientèle. Elle est aussi, en partenariat avec la Banque de l'Union Parisienne, un des premiers établissements français à proposer une SICAV, en 1964.

En 1965, à la veille de la fusion avec le CNEP, la BNCI compte 1050 guichets en France et 30 filiales à l'étranger, ce qui en fait le premier établissement français par l'importance de son réseau étranger.

 

 

 

 

Accueil | Remonter | CNEP | CNEM | BNC | BNCI


 


 

--

 

Accueil GUIDE  DE LA VIE  DES AFFAIRES   Accueil  BOURSILEX LE GUIDE DE LA BOURSE ET DE L'EPARGNE